Publicité
Publicité: Fête des Solidarités 2017
Immobilier | Val de Marne | 01/12
Réagir Par

Les prix de l’immobilier explosent à Bry, Vincennes, Cachan

La chambre des notaires d’Ile-de-France a dévoilé ce jeudi 30 novembre les prix de l’immobilier pratiqués dans la région sur les trois premiers trimestre 2017, et font état d’une « une année exceptionnelle« , tant en volumes de ventes, qui « dépassent largement les niveaux de la « période haute » de 1999-2007″ que dans les prix.

Dans l’ancien, les ventes de janvier à septembre 2017 ont ainsi progressé de 21% par rapport à la même période en 2016, en raison notamment de taux d’intérêt qui restent au plancher. En Petite Couronne, le prix des appartements a augmenté de 5,3% en un an, « sans grande différence entre les départements« , note la chambre. En grande couronne, la hausse annuelle est de 2%. La Chambre note néanmoins que si les prix affichent de nouvelles hausses au 3e trimestre, ils devraient se tasser en petite couronne, voire diminuer en grande couronne, fin 2017 début 2018, « notamment pour les appartements« . « Au total, en janvier 2018, la hausse annuelle des prix des appartements serait ramenée à 3,6% en Petite Couronne et un petit fléchissement est même attendu en Grande Couronne (-1.2% en un an). Paris échappe à cette tendance et la poussée des prix s’accentue« , pointe la Chambre. Pour les maisons en Ile-de-France, les prix augmenteraient de 5,6% en un an en janvier 2018.

Les prix de l’immobilier en Val-de-Marne

En Val-de-Marne, les prix explosent littéralement dans trois villes , à commencer par Cachan qui affiche une progression de 11,6% sur un an, la plus importante du département, pour arriver au prix de 4370 €/m2 pour les appartements. Une progression fulgurante, qui confirme les éléments récemment constatés par les agents immobiliers, qui s’explique en partie par la présence de la future gare du Grand Paris Express et aussi un effet de rattrapage. A noter qu’Arcueil, qui partagera cette gare, progresse aussi de 9,5% pour atteindre les 4660 €/m2. Juste derrière Cachan en termes de progression annuelle, Vincennes augmente de 10,6% et détient pour sa part le record du prix au m2, qui s’élève à  7780 €/m2. Très belle progression à Bry-sur-Marne également, troisième ville à dépasser les 10% de progression annuelle,  à 10,1%, avec des prix de 4260 €/m2 pour les appartements. La commune attend également une gare du Grand Paris Express, commune avec Villiers-sur-Marne et Champigny-sur-Marne, qui progressent également mais moins fort. Créteil, Le Kremlin-Bicêtre, Saint-Maur-des-Fossés, Villejuif… affichent aussi des progressions de 7% à 9%. Deux villes plongent en revanche, selon les statistiques de la Chambre des notaires, Rungis et Sucy-en-Brie qui baissent chacune de près de 10%, avec même, pour Sucy-en-Brie, une baisse de près de 20% sur 5 ans.

En termes de prix au m2,  l’indice départemental est de l’ordre de 4410 €/m2, en progression de 4,8 %. Les villes les plus chères bordent Paris, surtout du côté du bois de Vincennes.

Ci-dessous la liste complète des prix au m2 des appartements par ville des appartements, des prix des maisons, et leur progression sur 1 an et 5 ans.

Prix de l’immobilier par ville

Ville Prix médian Appartements Evolution sur 1 an (Appartements) Evolution sur 5 ans (Appartements) Prix médian (Maisons) Evolution sur 1 an (Maisons)  Evolution sur 5 ans (Maisons)
Ensemble du département 4410 €/m2 +4.8 % +1.8 % 360 000 € +3.0 % +0.0 %
Ablon-sur-Seine 2390 €/m2 +2.3 %
Alfortville 4160 €/m2 +2.1 % -0.5 %
Arcueil 4660 €/m2 +9.5 % -1.9 %
Boissy-Saint-Léger 2710 €/m2 +4.5 % -1.4 % 311 500 €
Bry-sur-Marne 4260 €/m2 +10.1 % +15.4 % 517 500 € -8.2 %
Cachan 4370 €/m2 +11.6 % +6.9 %
Champigny-sur-Marne 3120 €/m2 +3.6 % -8.3 % 369 700 € +6.0 % +12.0 %
Charenton-le-Pont 6510 €/m2 +0.9 % +3.8 %
Chennevières-sur-Marne 3170 €/m2 +6.4 % +2.7 %
Chevilly-Larue 3110 €/m2 +3.6 % -5.9 %
Choisy-le-Roi 3010 €/m2 -0.3 % -9.8 %
Créteil 3290 €/m2 +7.5 % -5.7 %
Fontenay-sous-Bois 5000 €/m2 +3.7 % -0.7 % 621 900 € +24.8 % +21.3 %
Fresnes 3050 €/m2 +5.1 % -5.8 %
Gentilly 5270 €/m2 +3.6 %
Haÿ-les-Roses(L’) 3510 €/m2 +4.5 % -9.9 % 444 500 € +14.8 % -4.7 %
Ivry-sur-Seine 4290 €/m2 +5.8 % -1.5 %
Joinville-le-Pont 4750 €/m2 +5.3 % +10.1 %
Kremlin-Bicêtre(Le) 5050 €/m2 +8.0 % +3.3 %
Limeil-Brévannes 2770 €/m2 -1.7 % -5.1 % 298 400 € -2.3 % -3.0 %
Maisons-Alfort 4680 €/m2 +4.7 % +0.3 % 524 600 € +10.5 % +9.0 %
Mandres-les-Roses 284 200 € +2.7 %
Nogent-sur-Marne 5240 €/m2 +1.0 % -2.0 %
Orly 2460 €/m2 +2.9 %
Ormesson-sur-Marne 334 100 € +6.0 % -10.5 %
Perreux-sur-Marne(Le) 4600 €/m2 +5.2 % +1.4 % 527 200 € -3.9 % +1.6 %
Plessis-Trévise(Le) 2970 €/m2 +2.0 % -6.7 %
Queue-en-Brie(La) 307 800 € +6.1 % +2.2 %
Rungis 3380 €/m2 -10.6 %
Saint-Mandé 7430 €/m2 +4.4 % -0.7 %
Saint-Maur-des-Fossés 4810 €/m2 +8.2 % -0.2 % 648 100 € +9.9 % +6.7 %
Saint-Maurice 5430 €/m2 -0.5 % +1.4 %
Sucy-en-Brie 2610 €/m2 -9.2 % -19.5 % 417 700 € +20.3 % +5.2 %
Thiais 3230 €/m2 +0.9 % -5.0 %
Villecresnes 297 100 € -3.9 % -3.7 %
Villejuif 4000 €/m2 +6.8 % -1.6 % 441 200 € +5.7 % +17.3 %
Villeneuve-le-Roi 3210 €/m2 -1.5 % -0.1 % 259 100 € +5.0 % +1.9 %
Villiers-sur-Marne 3000 €/m2 +3.2 % -5.6 % 354 500 € +1.4 % -12.5 %
Vincennes 7780 €/m2 +10.6 % +10.1 %
Vitry-sur-Seine 3260 €/m2 +2.5 % -5.2 % 394 100 € +6.3 % +9.4

 

Source Base BIEN – Notaires Paris – Ile-de-France • www.notaires.paris-idf.fr – Twitter : @NotairesParIDF 4

A lire aussi :

Comment les prix de l’immobilier augmentent autour du Grand Paris Express

7 commentaires pour Les prix de l’immobilier explosent à Bry, Vincennes, Cachan
  • Lorsque l’on lit les qualificatifs d’ « année exceptionnelle » ou de « très belle progression », on a l’impression que c’est une bonne nouvelle la reprise de la hausse des prix de l’immobilier dans le Val de Marne…malheureusement, vu les prix stratosphériques déjà atteints, de très (et de plus en plus) nombreuses familles ne peuvent plus prétendre à l’achat immobilier dans le 94…

    • Bonjour, vous avez raison sur ce constat, reste à connaître les causes sous-jacentes.

      La grande responsable du désastre, car c’en est un, c’est la politique monétaire de la BCE. Après la crise de 2008 elle a lancé un programme de création monétaire et une baisse des taux d’intérêts qui permettent à ceux proches de l’univers des banques de contracter des crédits immobiliers à des taux trop bas. Pour ce qui est des masses d’argent déversées par la BCE cet argent (70 milliards tout les mois) vont aux banques et aux grandes sociétés financières. Le prix des actions est stratosphérique aussi. Mais les obligations sont en taux négatifs.

      Au final, vous êtes dans une bulle où la seule porte de sortie consiste à faire monter les prix. Rendez – vous sur cgedd.gouv.fr tapez sur Google ‘cgedd friggit’ et vous aurez les prix de toutes les transactions compilées par Jacques Friggit. Une série sort tout les mois sous forme d’un document Word, vérifiez la solidité de votre chaise, prenez en connaissance et vous verrez une magistrale bulle qui va bientôt exploser.

      Tiens c’est bizarre, c’est de la statistique pourtant publique mais personne ne la publie jamais.

      Merci l’UE, merci la BCE pilotée par Goldman Sachs, vive l’oligarchie et sa mainmise sur les médias…
      Vivement qu’on sorte de ce piège par le Frexit !!

      • Les prix des logements varient en sens inverse des taux de prêts immobiliers, et depuis longtemps, nous sommes d’accord. Les taux bas augment le « pouvoir d’achat immobilier » (en euros) de tout acheteur, parce qu’il peut emprunter sur plus longue période. Sauf que si les prix des logements montent beaucoup, le pouvoir d’achat immobilier (en m2) va en fait se dégrader.

        Mais votre réponse ne prend pas en compte les contraste en France : au centre de l’Île-de-France, les prix montent, mais dans bien des villes petites et moyennes de province ils restent bas. Les prix montent où il y a l’emploi, et aussi où il y a eu des programmes massifs de construction de bureaux plutôt que de logements. Et ça, ce sont les maires plus que la BCE.

      • Concernant la BCE, sa politique est-elle encore voulue ou subie ? Divers économistes écrivent qu’elle ne sait pas très bien comment en sortir, de son « quantitative easing »… Pas très rassurant, en effet.

  • Tout à fait d’accord. D’autant plus que cela s’accompagne d’une frénésie des promoteurs.
    On parle très peu d’équipements publique, de scolarisation….

    • Frénésie des promoteurs, certes, mais plus qu’encouragée et facilitée par les mairies! et si on peut comprendre qu’un promoteur responsable d’un ou deux projet de quelques logements ne se souci pas des équipements publiques et tout spécialement des établissements scolaires, c’est beaucoup plus difficile à admettre de la part de mairies à l’initiative de grands ensembles, de zac, de quartiers entiers!! Pourtant c’est bien ce qui se passe notamment à Chevilly-Larue, ou près de 1000 logements vont sortir de terre sans pour autant qu’il n’y ait d’école de prévue et alors que les établissements existants sont déjà « complets » (et en zep…). Qui accorde les permis de construire ?? scandales locaux ou scandales d’état??

  • A noter aussi la baisse du prix des maisons à Bry et au Perreux, !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *